Amicalement Votre

Bienvenue Invité, le forum a 4289 jours!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?   Lun 29 Sep 2008 - 8:43

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/0,,4104979,00-apres-la-taxe-pique-nique-la-taxe-malbouffe-.html


  • Une
    mission d'information parlementaire propose de faire passer la TVA sur
    les produits gras et sucrés de 5,5% à 19,6% pour lutter contre
    l'obésité, révèle Le Parisien.

  • D'ores et déjà, Xavier Bertrand s'est dit hostile à une augmentation de TVA.


Le rapport de la mission d'information parlementaire sur la prévention de l'obésité, présidée par l'UMP Valérie Boyer, doit être rendu public mardi. Et s'il faut en croire Le Parisien,
il propose toute une série de mesures très concrètes (au nombre de 25)
allant des politiques incitatives à... une taxation plus lourde des
aliments les plus pointés du doigt pour leur impact sur le poids. Et
c'est bien là que le bât risque de blesser : le dossier survient alors
que la majorité UMP de l'Assemblée est en pleine grogne contre la
création de nouveaux impôts, notamment une taxe sur les revenus du
capital pour financer le Revenu de solidarité active. Cette fronde a
d'ailleurs conduit le gouvernement à renoncer à la création d'une taxe
dite "pique-nique" sur la vaisselle jetable.
Parmi les mesures avancées, le rapport, qui vise à faire de la lutte contre l'obésité une "grande cause nationale",
propose donc un passage de 5,5% à 19,6% de la TVA sur les produits gras
et sucrés. Une mesure qui viserait les produits comme les barres
chocolatées, sodas, chips et confiseries, dont le caractère
hyper-calorique est à l'origine de la montée du phénomène de l'obésité. Sont concernés notamment les enfants, sujets à la pratique du "snacking", le grignotage entre les repas.
"Je ne suis pas sûr que ça change les comportements"
Autres propositions : des mesures incitatives à la consommation de fruits et légumes, la création d'un métier de "conseiller nutritionnel" pour la distribution et la réglementation de l'usage de certaines matières grasses dans l'industrie alimentaire.
La mission parlementaire justifie ses propositions par l'urgence : elle évalue l'impact de l'obésité à environ 8% des dépenses de santé, souligne Le Parisien.
Et le coût pour la collectivité commence à être élevé, avec notamment
les maladies cardio-vasculaires et le diabète. Si rien n'est fait, l'obésité pourrait toucher un Français sur trois en 2020 et induire 14% des dépenses de santé, toujours selon ce rapport.
Mais
d'ores et déjà, la mesure phare de ce rapport commence à faire
polémique au sein du gouvernement. Interrogé sur Europe 1, le ministre
du Travail Xavier Bertrand s'est dit dimanche hostile à une
augmentation de TVA. "L'idée d'une nouvelle taxe, je n'y suis pas
favorable, parce que vous savez ce qui se passerait ? Ça augmenterait
les prix, et je ne suis pas sûr que ça change les comportements
".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?   Mar 30 Sep 2008 - 12:03


  • Interview -
    Instaurer un "bonus-malus malbouffe" ne se traduira pas forcément par
    un changement d'attitude chez tous les consommateurs, selon de Fabrice
    Etilé, chercheur à l'Inra.

  • La mesure fait partie de 25 propositions pour prévenir l'obésité présentées ce mardi à l'Assemblée.





La mission parlementaire d'information sur la prévention de l'obésité,
présidée par la députée UMP Valérie Boyer, présente mardi un rapport en
8 axes et 25 propositions. Au cœur du dispositif : faire passer la TVA
de 5,5% à 19,6% pour les produits de grignotage et la faire baisser de
5,5% à 2% pour les fruits et légumes. Réaction de Fabrice Etilé,
économiste de la santé et de la consommation à l'Institut national de
la recherche agronomique (Inra).
LCI.fr : Que pensez-vous de l'idée d'augmenter ou d'abaisser la TVA des aliments en fonction de leur qualité nutritionnelle ?
Fabrice Etilé : Cela pourrait être une bonne idée. On sait que l'épidémie d'obésité dans la population française est en partie liée à la baisse du prix des aliments
gras et sucrés par rapport aux prix des fruits et légumes. Pour autant,
il n'est pas évident que la modulation de la TVA atteigne l'objectif
souhaité. On sait que le consommateur ajuste ses choix en fonction des
variations du prix des aliments
mais on ne sait pas comment les producteurs et les distributeurs
agissent, eux. Si on augmente la TVA pour une barre chocolatée, le
producteur peut décider de diminuer légèrement sa marge afin de
maintenir un prix de vente stable et conserver sa clientèle.
Il y a
certains produits pour lesquels on pense que la baisse du prix entraîne
une hausse de la consommation - c'est le cas pour les fruits et
légumes. Mais on n'est pas sûr qu'une hausse du prix des snacks se
traduise par une baisse de la consommation, notamment chez les
populations défavorisées qui sont de grandes consommatrices de ce type
d'aliments et les plus concernées par l'obésité.
LCI.fr :
C'est la même chose avec l'augmentation du prix de la cigarette qui ne
dissuade pas les fumeurs réguliers de ne plus en acheter alors qu'ils
sont les premiers visés par la mesure...

F. E. :
Exactement. Au sein des familles défavorisées, la consommation de
snacks et de confiseries est souvent un moyen d'offrir aux enfants
quelque chose de plus que ce qu'offre la vie ordinaire.
LCI.fr : Pour lutter contre l'obésité, faut-il s'associer aux industriels ou s'attaquer à leur portefeuille ?
F. E. :
Le risque, si on s'en prend à leur portefeuille, c'est que pour
compenser, ils modifient les recettes de leurs produits avec des
matières premières de moins bonne qualité. Il vaut mieux arriver à les
faire coopérer, notamment via des chartes de qualité.
LCI.fr :
Certains industriels associent leurs produits à l'image de grands
athlètes ou de formations sportives. Est-ce une bonne chose ?

F. E. :
Il y a là une ambiguïté. Si on prend une barre chocolatée après un
effort physique, cela ne pose pas tellement de problème. Ce qui est
gênant, c'est l'impact de ce type de message sur le petit segment de la
population qui consomme beaucoup d'aliments gras et sucrés. C'est au sein de cette population que l'on observe le plus d'obésité sévère ou morbide.
LCI.fr : Parmi les 25 propositions avancées par la mission parlementaires, y en a-t-il qui ont fait leurs preuves ?
F. E. : L'une des propositions intéressantes qui est assez peu coûteuse, c'est l'interdiction totale de la publicité pour les aliments
gras et sucrés au moment des émissions enfantines. Quant aux
distributeurs de fruits et légumes installés dans les écoles, on s'est
rendu compte qu'ils contribuaient à augmenter la consommation de fruits
et légumes.
LCI.fr : Et que manque-t-il dans cet arsenal de propositions ?
F. E. :
Ce qui manque souvent, ce sont les mesures d'éducation nutritionnelle
en milieu scolaire. D'une part, elles permettent de transmettre
certains savoirs aux enfants et par ailleurs, les enfants peuvent
transmettre ce savoir à leurs parents. Or, si la demande de fruits et
légumes vient des enfants, c'est plus facile pour les parents d'y
répondre. Le problème, c'est de trouver des financements à ce
dispositif éducatif.
LCI.fr : La culture de la table continue-t-elle de limiter l'épidémie d'obésité en France ?
F. E. :
Une calorie qui vient du foie gras, c'est la même chose qu'une calorie
qui vient d'une boisson sucrée américaine. Une partie de l'augmentation
des cas de surpoids est liée à cette alimentation traditionnelle. Ce
qui nous préserve un peu, ce sont nos rythmes alimentaires - les trois
repas quotidien pris à tabe;


http://en-general.actifforum.com/section-des-discussions-importante-f36/apres-la-taxe-pique-nique-la-taxe-malbouffe-t3077.htm
Revenir en haut Aller en bas
H²O
Bavard(e) hors pair
Bavard(e) hors pair
avatar

Masculin
Nombre de messages : 377
Age : 50
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?   Sam 4 Oct 2008 - 19:06

notre gouvernement fait nimporte quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VERO68200
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 3836
Age : 43
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?   Dim 5 Oct 2008 - 22:18

je suis entierement d accord avec toi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la "taxe pique-nique", la "taxe malbouffe" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PIQUE-NIQUE de l'association!
» Idees recette pique-nique?
» Sondage pour le lieu du pique-nique estival du forum
» Idées pour un pique-nique
» Pique Nique OUTrans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amicalement Votre :: ~¤~TON QUOTIDIEN~¤~ :: .:La Gazette du Forum:.-
Sauter vers: